EXPOSITION DE RENTREE


"  RENCONTRE  SINGULIERE "

Jean-Pierre Faurie et L. Gréo

Du Samedi 15 au Dimanche 30 septembre

Galerie ouverte du jeudi au dimanche de 14 h à 18 h

Vernissage le Vendredi 14 septembre à 18 h30









 

PROCHAINE EXPOSITION


SylC

" Apparences"
Peintures- Dessins - céramiques


du Samedi 19 Mai au Dimanche 17 Juin 2018

Vernissage  Vendredi 18 Mai à 18 h 30

Galerie ouverte du jeudi au dimanche de 14 h à 18 h

http://www.sylc.org



 

   SylC travaille sur la figure humaine en allant chercher ce qu’il y a à l’intérieur, effet de miroir qui nous renvoie à nous-mêmes, à notre histoire…
    La composition de ses tableaux est assez dépouillée et volontairement intemporelle ; ses étranges personnages oniriques évoluent en filigrane au sein d’un univers irréel et curieusement palpable à la fois... On y croise des êtres aux visages figés dont les mains ressortent, comme pour mieux lier nos actes à notre pensée.
En quête d’aller sonder toujours plus loin nos semblables, et pour mieux les disséquer, SylC insiste sur l’intensité des regards qui en disent souvent plus que les lèvres…
L’animal occupe fréquemment une place de choix, sorte d’incarnation des personnages couchés sur la toile.
Afin que chacun puisse faire référence à son propre vécu, le peintre accentue les effets de patines et de glacis pour mettre le spectateur à distance du présent. En grattant inlassablement ses toiles, comme pour retrouver ce qu’il y avait dessous auparavant, SylC cherche à comprendre qui nous sommes et tente de rassembler les fragments éparpillés de notre identité, en puisant aussi bien dans les moments présents que dans des souvenirs flous, enfouis parfois si profondément…
   De fait, SylC nous invite à un voyage initiatique dans son univers onirique peuplé de chimères, où le spectateur fait face à un monde teinté de douces réalités illusoires, où la sincérité et l'artifice se confondent soudain pour laisser place à une réalité plus subtile...
  SylC collabore avec des galeries en France et en Europe qui présentent son travail au travers d’expositions personnelles et collectives.
  En 2012, à l'invitation de la Ville de Brive et du Musée Labenche, elle expose durant trois mois son travail dans la Chapelle Saint-Libéral. En 2015, deux grandes expositions sont organisées pour la ville de Bourges (au  « Château d’Eau») et pour la ville de la Rochelle (à la « Chapelle & Cloître des Dames Blanches).
  Présente dans des collections publiques (Ville du Mans) et privées (France, Suisse, USA, Canada, Grande-Bretagne, Allemagne, Australie,…), SylC est lauréate de nombreux prix en Suisse et en France, dont deux décernés par la Fondation Taylor. Elle a publié deux monographies en 2007 et 2009.


 
 



EXPOSITION


Dans le cadre du Festival Culture(s) Métissée(s)




l'Atelier 51 accueille

Coline LOUBER
Sculptures- Assemblages

pour son exposition

" Un monde en partage"


Vernissage  Vendredi 9 février à 18 h30


Exposition du Samedi 10 Février au Dimanche 25 Février 2018

Galerie ouverte du Jeudi au Dimanche de 14 h00 à 18 h00





              Autodidacte, Coline Louber assemble des petits riens façonnés par la nature qu’elle glane au hasard de ses promenades sur les plages, en montagne, des résidus de nos consommations récupérés sur les trottoirs. Elle s’approprie ces débris, brisures de bois, d’os, de plastique et de métal. Elle ordonne, juxtapose ces fragments, les mélange. De cette rencontre naissent, en leur donnant l’espace et le volume, des cités imaginaires, habitées de petites silhouettes, mosaïques hors de l’espace et du temps. Depuis 2008, elle n’hésite pas à aborder dans son geste créateur, la douloureuse thématique des migrants. Naissent alors des embarcations fragiles chargées d’un métissage de matières, d’hommes et de femmes en quête d’un ailleurs, d’un hypothétique Eldorado.

 

 
 
“Coline Louber est totalement autodidacte. Des études de journalisme et de géographie, une activité d’enseignante tous terrains, rien, dans son parcours professionnel, ne la prépare à une activité artistique.
Cherchons plutôt du côté de l’enfance. Elle vit alors à la campagne, part en vacancesà la montagne, fait des cabanes, cueille et ramasse, tout et tout le temps.
Puis elle arrive à Paris où elle « fait les poubelles », glanant sur les trottoirs des villes, dans les friches. Elle récupère, elle réutilise. Elle a du mal avec le gaspillage, elle ne jette pas, elle transforme tout, tous ces trucs, ces petits riens que les hommes ont oubliés, ces rebuts que la nature a façonnés.
Au cœur de la vie qui va, elle s’approprie les choses et l’environnement.
Elle rapporte de ses promenades en bord de mer des bois flottés, de ses promenades en montagne et dans les forêts des bois sculptés.
La mer, étonnamment, organise les bois flottés par taille, elle les trie. Polis par les ans, usés par le temps, roulés par la mer, adoucis par l’usure, délavés de leur usage, érodés par les marées, arrondis par le brassage incessant des vagues, ils se différencient aisément des bois sculptés par le vent, lambeaux vrillés, blanchis par le gel et le soleil. Rondeur des premiers, ciselures des seconds.

Ce que Coline y voit, immédiatement, ce sont des structures urbaines. Elle veut montrer l’ordonnancement qui est déjà dans la nature. De là naissent des univers, des paysages oniriques. Villes imaginaires aux populations incertaines.
Dans les souches de haute montagne comme dans celles de bord de mer se révèle une architecture urbaine. Villes végétales. Villes de pierre et de fer. Villes aux couleurs originelles d’ocre et de terre. Camaïeux de bruns, de beiges, de gris.
Villes fragiles. Villes écorchées, brutes, oppressantes.
Villes réinventées aux frontières du réel, hors de l’espace et du temps.

C’est le regard des autres, famille et amis, qui va petit à petit lui faire accepter de se reconnaître comme artiste. Ses premières expositions, au Séchoir à peaux à Chevreuse (78) en 2002 et à La Chapelle-de-Soucy à Fontenay-lès-Briis (91) en 2007 sont un vrai succès.
Dans ces architectures urbaines, elle pose quelques silhouettes. Petits personnages fantômes, traces de passants qui ont traversé ces villes pour s’embarquer vers un ailleurs qui serait fait pour eux.
Abandonnées, elles ont leur vie propre, à une autre échelle, comme si elles avaient toujours existé, inscrites au cœur de la nature bien avant l’arrivée de l’homme.
Coline Louber ramasse aussi des métaux rouillés, des pièces métalliques avec par-ci par-là une trace de peinture, des cailloux, des graines, des herbes...
Elle voit en eux les bijoux qu’ils sont devenus, la nouvelle vie qui les habite déjà. Sous ses doigts, ils vont devenir personnages. Hommes et femmes à l’élégance hiératique ou petits bonshommes débordant de joie, pleins de vie, de rires.
Foules animées, si vivantes, qui habitent des villes que notre cœur a connues.
Villes imaginaires, mondes rêvés, des villes comme des bateaux.
Et nous embarquons, sourire aux lèvres, vers ces ailleurs imaginaires pleins de sérénité."

                                                                                                                                                                   Chantal Péninon, Septembre 2012


                   

                   

 



5 ans déjà !!!!


Pour l'anniversaire de ses 5 ans,

L'Atelier 51 organise pour Noël 2018
une exposition de 4 jours qui vous permettra 
de retouver les oeuvres de

16 artistes ayant déjà exposé
à la galerie

Une occasion également de faire plaisir en offrant de l'art à petits prix !


Du Jeudi 7 décembre au Dimanche 10 décembre
De 14h00 à 18 h30


Vernissage le Mercredi 6 décembre à 18 h30




 

 

EXPOSITION DE RENTREE


En septembre 2017, la galerie Atelier 51 accueille 

MORGAN


pour son exposition

"De la plume à l'enclume"
Sculptures- dessins


Du Samedi 16 septembre au Dimanche 1er octobre

Vernissage le vendredi 15 septembre à 18 h 30

Galerie ouverte du mercredi au dimanche de 14 h à 18 h30


morgansculpteur.blogspot.com




L’artiste Morgan investit à la fois la galerie et le jardin de l’Atelier 51 en présentant  un ensemble de sculptures et de dessins qui retrace l’évolution de son travail sur les trois dernières années.

Le nid, lieu éphémère et privilégié dédié à la protection et à la vie sera la thématique apaisante et  poétique de son exposition.

Après avoir vécu et créé à Londres, à Barcelone et en Italie, Morgan est maintenant établi dans l’Orne. Il se consacre à la sculpture intime et monumentale depuis près de vingt ans.


 



EXPOSITION DE JUIN


"RESPIRE"
 
OLIVIER LE NAN

Huile sur toile

du Samedi 17 Juin au Dimanche 2 Juillet    

Vernissage le Vendredi 16 Juin à 18h30  

Ouvert du Mercredi au Dimanche de 14h00 à 18 h30

http://www.olivierlenan.com






  


« Ma peinture se nourrit de mes sensations d'enfances et de mon regard sur l'être humain. Les rochers anthropomorphiques de bord de mer  ne sont jamais très loin.
 Il y a là des familles, des tribus, des couples, des solitaires, des femmes dont les robes sont à elles seules des planètes habitées. Les rouges palpitent de vie, le vent et la brume entrent en vibration comme des notes de musique. J'aime peindre le mouvement qui met en lien les personnages. Je travaille à l'huile sur toile et sur papier. » Olivier Le Nan

        
La plus grande force du monde actuel serait la douceur. Voilà essentiellement pourquoi le travail d'Olivier Le Nan dégage une vraie force. De sa voix douce, de ses douceurs oniriques couchées directement sur la toile sans esquisses préparatoires, le peintre niortais impose sa grâce, malgré lui. « J'aime la suggestion, quand tout n'est pas donné, je n'aime pas imposer les choses » (…) Pourtant la narration est ultra-présente dans chacune de ces œuvres avec toute cette force tranquille qui emmène le spectateur immobile vers son immensité intime, au pays de ses propres rêves, de sa propre poésie (…)
 
Extrait de l’article de la Nouvelle République du 13/10 2016
 
Olivier LE NAN est né à Paris en 1969 et a suivi une formation aux Beaux-Arts de Bordeaux en 1993. Il vit et travaille à Niort dans son atelier-galerie. Il participe à de nombreuses expositions et présente ses œuvres  dans plusieurs galeries de sa région.

Expositions personnelles récentes
 
2016

Gallery grand Nord - Niort
Galerie de lola – Niort
2015
Galerie Laute – Rennes
Galerie Promenarts « dans la lune » - Saint-Martin de Ré
Galerie Cornelia Beuscher – Saint-Gilles-Croix de Vie
Atelier Bos - Cholet
Trompe-souris café- Luzay
2014
Galerie In-Art – Trentemoult Nantes
2013
Galerie Promenarts - La Couarde en Ré
2012
Galerie Royale – Rochefort/ mer
Galerie Laute – Rennes

Expositions collectives récentes
 
2016
-Salon de Chantonnay
- Salon d'Aizenais
-« L'art est aux nefs » - Nantes
-Art en Sèvre – Mortagne sur Sèvre
-La Halle aux Artistes – Marans 1er prix du jury
2015
-Salon Art Atlantic – La Rochelle
-Salon Rotary Club- les Sables d'Olonne
-Salon Primavera- Cholet
-Café du Boulevard - Melle
-Salon art contemporain – Niort
2013
"Artistes à domicile" avec Alain J Richard 
Anne Vergnault et Elisa Vellia
2012
Salon Art Ile de Ré avec la Galerie Promenarts - Bois-plage



EXPOSITION DE MAI


« PRÉSENCES »

de Marie-Laure GRIFFE
Plasticienne


Du Samedi 6 Mai au Dimanche 21 Mai 2017


Vernissage le Vendredi 5 Mai à 18 h 30 en présence de l’artiste


Ouvert du Mercredi au Dimanche de 14 h00 à 18 h30

http://www.griffe.boz-art.com


 



Franco-suisse, Marie-Laure Griffe travaille depuis plus de vingt ans dans la  région parisienne.
         Son matériau de prédilection est la terre, principalement  la terre cuite.
Mais sa passion pour le modelage l’amène également à l’utilisation du ciment
pour de grandes réalisations “Les Pierres frites”en 1999 et “La Poupée” de Lagny, en décembre 2007.
         La démarche  de Marie-Laure Griffe est issue de la fascination qu’exerce sur elle l’immensité et l’infinité de ce qui l’entoure.
         L’homme, cet être étrange, est son principal sujet d’observation. L’interaction, la perméabilité entre lui et l’univers, lui et l’autre est un questionnement sans fin.
Elle reste étonnée, curieuse. Son travail est un mélange d’annotations et de réflexions, une étude perpétuelle dont elle laisse des traces de terre.
 
Diplômée de l’ENSAAMA en 1985 puis de l’ENSAD en 1987 (dont six mois en échange
à l’école des Arts Décoratifs à Vienne, Autriche), Marie-Laure Griffe a participé à de nombreuses expositions dont voici quelques exemples.


- “Georges Sand, Interprétation 2004”, Couvent des Cordeliers, Châteauroux, 2005.
- Salon Céramique 14, Paris en 2008
- “L’art est dans ma nature”, Saint-Jean d’Estissac, terres contemporaines en 2009.
- Les journées de la céramique, place Saint-Sulpice, Paris en 2010.
- Exposition “Je rêve”, Février-Mars 2011, organisée par les ateliers d’Art de France, Paris.
- Ceramic Event, marché, Forest, Belgique
- “Pigments gourmands, pigments violents”, Design center Bastille, Paris, 2011.
- “Sculpturelles”, l’Artelier céramique, Lausanne, 2011.
- “Vues sur intérieurs”, Espace art et Liberté, Charenton Le Pont, Mars 2012.
- “Ephémère”, Design center Bastille, Paris, novembre 2012.
- “L’appartement”, ateliers d’art de France, Paris, février-mars 2013
- Salon “Révélations”, Grand-Palais, Paris, septembre 2013.
- Figurativ, sculptur in Keramik, ceramic talent award 2013,Keramikmuseum


 



EXPOSITION DE MARS


"À MA FIGURE"

 Pascale Goudin-Brisset
Plasticienne

Peintures et sculptures

Exposition du Samedi 11 Mars au Dimanche 26 Mars 2017

Vernissage le Vendredi 10 Mars à 18 h30

www.pascalegoudin.odexpo.com